Ils nous soutiennent !

Plusieurs élus, maires, conseillers généraux, député nous soutiennent, car ils savent que nous sommes les candidats les plus expérimentés pour faire face à la menace de la Métropole mais aussi pour continuer notre politique en faveur des familles, des collégiens, de nos ainés. Face au désengagement de l’Etat et à la baisse des dotations aux collectivités locales, notre majorité départementale est la seule à garantir la continuité de notre politique d’aide aux communes en finançant leurs projets jusqu’à hauteur de 80%.

Mairescomplet

Jean-Pierre Maggi
Député-maire des Bouches-du-Rhône
8e circonscription

J’apprécie et connais bien Hervé Chérubini depuis de nombreuses années, il est un Conseiller général très à l’écoute des élus et des habitants, il s’investit pleinement dans ce mandat de proximité. Il a toujours su mettre son énergie dans sa délégation auprès de «l’administration générale et des services généraux» du Conseil général. Son sérieux et sa rigueur lui ont également permis d’accéder, tout naturellement, à la fonction parfois bien délicate de Rapporteur général du budget.
Avec Magali Andréani, que nous connaissons et apprécions pour son dynamisme, et son implication notamment auprès des clubs de seniors de l’Entraide 13 qu’elle anime depuis plus de 25 ans, il sauront être complémentaires et efficaces pour travailler avec les communes et les accompagner face aux difficultés que la création de la Métropole va obligatoirement produire.

Daniel Conte
1er vice-président du Conseil général

Je m’adresse en priorité aux habitants d’Aureille, Eyguières, Lamanon et Mouriès pour leur rappeler que pendant de nombreuses années, j’ai été leur élu au Conseil général pour le canton d’Eyguières, qui regroupait 7 communes dont les 4 que je viens de citer.
N’étant plus candidat aux élections départementales, je tiens beaucoup, dans l’intérêt des habitants qui pendant 42 ans m’ont témoigné leur confiance, à assurer ma succession en soutenant des élus qui continueront notre action au service de la population.
Avec l’arrivée de la Métropole, qui mettra à mal l’autonomie financière des communes, il est important d’avoir des élus compétents.
Hervé Chérubini sera naturellement très bien placé pour soutenir les projets des 15 communes du nouveau canton, en sa qualité de rapporteur du budget départemental. Il sera associé à Magali Andréani, responsable à l’Entraide 13, très qualifiée pour aider les personnes âgées mais aussi toute la population.
Avec ces deux candidats, qui je l’espère seront élus en mars, je quitterai mon poste de conseiller général l’esprit tranquille.

Claude Vulpian
Maire de Saint-Martin-de-Crau
Vice-président du conseiller général

J’ai travaillé durant plus de 20 ans avec Hervé Chérubini et je dois dire que j’ai toujours été impressionné par ses compétences en matière budgétaire, ce qui lui a valu d’être nommé rapporteur du budget par le Président du Conseil général des Bouches-du-Rhône. Il a pu, à ce poste, donner toute la mesure de ses compétences. Avec lui, le budget du Conseil général, l’un des plus importants des départements français, a toujours été explicite, précis et surtout compréhensible. J’ai une totale confiance dans ses qualités de gestionnaire.

Maurice Brès
Maire de Mollégès
Conseiller général des Bouches-du-Rhône

Je siège depuis bientôt 15 ans au Conseil général des Bouches-du-Rhône parmi les non-inscrits. Mon indépendance politique me permet ainsi d’apprécier en toute objectivité le travail accompli par mes 56 collègues.
Aujourd’hui, je souhaite mettre en avant le travail accompli par Hervé Chérubini qui occupe le poste le plus important, après celui de Président : celui de rapporteur général du budget.
À ce poste depuis de nombreuses années, il s’acquitte de sa tâche avec brio et constance.
Il est pour nous, habitants du nord du département, une pièce essentielle qu’il est important de conserver à son poste.
Il ne fait nul doute que si j’étais électeur dans son nouveau canton, je voterais sans hésitation Hervé Chérubini et Magali Andréani.

Michel Tonon
Conseiller général

Depuis 2008, je siège au Conseil général des Bouches-du-Rhône au côté d’Hervé Chérubini.
Pendant ces 7 années, j’ai pu apprécier l’excellent travail qu’il a effectué en tant que délégué aux finances, rapporteur du budget.
Aujourd’hui, grâce à son action efficace, le département des Bouches-du-Rhône est l’un des moins endettés de France, avec une fiscalité parmi les plus faibles. C’est aussi le 1er département de France pour le montant de ses investissements qui permettent, entre autres, de construire des collèges, de sécuriser nos routes et d’aider fortement l’ensemble des 119 communes des Bouches-du-Rhône.
Par ailleurs, Hervé Chérubini a été le seul élu à défendre les intérêts de Salon-de-Provence jusque devant le Conseil d’Etat pour faire modifier ce nouveau découpage incohérent qui a scindé Salon en deux. Malheureusement, son recours a été rejeté.
Pour ces deux raisons, son action efficace en tant que délégué aux finances et celle pour la défense de la ville de Salon, j’apporte tout mon soutien à Hervé Chérubini ainsi qu’à Magali Andréani que j’ai connue et appréciée à travers son travail au sein de l’Entraide.

Roland Darrouzès
Maire de Lamanon

Il n’est jamais facile de dire du bien d’un ami, au risque de se faire traiter d’homme de complaisance ou de passer pour un faible, surtout quand il s’agit de politique et encore plus de politique locale.
Force est pourtant de reconnaître que dans le cas présent et s’agissant d’Hervé Chérubini, l’amitié que nous nous portons date de nombreuses années.
Hervé n’a pas connu que des succès mais son sérieux, le travail effectué et ses prises de conscience l’ont amené à surmonter beaucoup de difficultés.
Pour l’avoir côtoyé dans ses différents rôles, j’ai pu apprécier sa fidélité, ses qualités de gestion et sa rigueur apportée dans des charges lourdes telles que les budgets du Conseil général, du Parc naturel régional des Alpilles et surtout du Service départemental d’incendie et de secours.
Le profond respect que nous avons des instances de la République et du sens du souvenir d’un passé tragique nous a rapproché.
En choisissant comme partenaire du binôme qu’il va former pour les élections départementales Magali Andréani, conseillère municipale de Lamanon, en me sollicitant avant de prendre sa décision, force un peu plus ma conviction profonde qu’il saura une fois de plus franchir l’obstacle pas facile de cette nouvelle élection, sur un nouveau territoire.

Michel Fenard
Maire des Baux-de-Provence

Plus que jamais, nous avons besoin d’élus proches du terrain, à l’écoute de la population, disponibles, capables d’agir efficacement pour dynamiser et promouvoir le territoire de leur circonscription… avec aussi un zeste d’expérience, ce qui n’est pas superflu compte tenu de la complexité grandissante des dossiers à traiter !
Hervé Chérubini, par ses qualités humaines, sa connaissance des Alpilles et sa pratique des collectivités territoriales (commune, intercommunalité, conseil général), possède le bon profil pour être candidat aux prochaines élections départementales et pour continuer, comme il l’a fait jusqu’à présent, de défendre au sein de l’assemblée départementale les dossiers de nos communes, généralement plus petites et plus rurales que celles du sud des Bouches-du-Rhône.

René Fontès
Maire d’Eygalières

En renonçant publiquement à l’investiture de son parti, Hervé Chérubini a levé l’obstacle qui aurait pu m’empêcher de le soutenir ouvertement dans sa candidature aux élections départementales.
Pour ce type d’élection, la caution d’un parti n’apporte aucune valeur ajoutée au candidat, par contre l’asservissement ainsi créé ne peut que le détourner de son engagement à donner priorité exclusive aux problèmes locaux.
Hervé connait bien les spécificités propres à notre environnement puisque nos communes sont limitrophes et toutes deux situées sur le versant nord des Alpilles.
Hervé connait bien nos besoins et nos attentes, car nous collaborons étroitement depuis de nombreuses années au sein de la Communauté de communes Vallée des Baux ­– Alpilles, qu’il a fallu sauver et dont nous devons aujourd’hui préserver l’identité.
L’avenir de notre village est conditionné par notre capacité à réaliser les nombreux investissements que le conseil général  financera à 70% au cours des 4 prochaines années. Il serait à mes yeux suicidaire, pour des raisons de politique politicienne, de ne pas faire confiance à celles et ceux, qui  par leurs actes nous ont permis de marquer l’essai dont nous avions le plus grand besoin et, qui par leur engagement dans un nouveau contrat de plan vont nous permettre de le transformer.

Guy Frustié
Maire de Fontvieille

En ma qualité de Maire de Fontvieille, je suis totalement opposé à la disparition du Conseil général, selon la réforme souhaitée par l’Etat, au profit d’une Métropole technocratique éloignée des préoccupations quotidiennes de nos administrés.
À l’occasion de ces élections départementales 2015, il est indispensable de rappeler l’importance de cette institution qui apporte à nos communes un soutien financier constant et massif. Cette disparition, voulue par l’Etat, fait craindre le pire pour l’avenir du développement de Fontvieille et de nos communes rurales, et ce dans bien des domaines.
Ces quinze dernières années, le Conseil général des Bouches-du-Rhône nous a incontestablement aidés à faire évoluer nos villages des Alpilles, dans la modernité et la proximité..
Le Conseil général des Bouches-du-Rhône est un partenaire de tous les instants.

Régis Gatti
Maire d’Aureille

Je souhaiterais vous faire part de mes sentiments concernant les nouvelles élections départementales à venir.
Depuis 2001 que je dirige les affaires de la commune en étroite collaboration avec les élus du Conseil municipal, nous nous sommes engagés à mener des travaux d’investissement importants et nécessaires pour Aureille.
Sans l’aide octroyée par le Conseil général et son Président Jean-Noël Guérini, entouré en ce qui nous concerne de Daniel Conte et d’Hervé Chérubini, nous n’aurions jamais pu mener à bien tous ces travaux sur notre commune.
Je soutiens fermement cette politique de proximité adoptée par le Conseil général et tournée vers l’intérêt de nos petites communes rurales. Elle garantit, par son soutien financier, le maintien du développement économique de notre village, et par là-même, de nos entreprises.
Et puis, ne dit-on pas que « on ne change pas une équipe qui gagne » ?
C’est pourquoi je soutiens l’équipe « FAIRE GAGNER les Bouches-du-Rhône » représentée par Magali Andréani et Hervé Chérubini.

Laurent Geslin
Maire de Mas-Blanc-des-Alpilles

L’année dernière, lors des vœux j’avais dit :
Aujourd’hui, un nouveau découpage du département en cantons de plus grande taille va voir le jour. On nous détache de Tarascon pour nous retrouver avec Saint-Rémy-de-Provence. Bon pourquoi pas ! Nous voir rattaché à Salon-de-Provence, là, je ne comprends plus.
Encore une fois le monde rural n’est pas pris en compte. On compte en nombre d’habitants et on oublie la cohésion territoriale.

Un an après, je tiens à remercier Hervé Chérubini, le seul sur notre territoire qui a déposé un recours auprès du Conseil d’Etat pour dénoncer cette aberration de découpage.
Merci pour avoir défendu les communes rurales. Merci aussi pour votre travail en tant que rapporteur général du budget au Conseil général.

Extrait du discours des vœux du maire le
31 janvier 2015 avec son aimable autorisation.

Jean Mangion
Maire de Saint-Étienne-du-Grès

Déclaration faite lors de la cérémonie des vœux
le 23 janvier 2015.

Notre territoire, c’est encore notre département dont je remercie le vice-président, Hervé Chérubini, pour les subventions accordées en 2014, plus de 700 000 € qui permettront à Saint-Étienne-du-Grès de faire un bond sans précédent dans ses investissements structurants.
Nous mettons tous nos espoirs dans le plan quadriennal 2015-2016-2017-2018 déposé en décembre 2014 pour requalifier notre village.
Votre présence à nos côtés est une impérieuse nécessité pour ne pas faire du monde rural les oubliés de la Nation.
Sans vous, à ce jour, nous ne pourrions presque plus rien mettre en œuvre.
Que nos députés réfléchissent à la recomposition administrative française avant de supprimer les conseils généraux.

Le mot de Magali Andréani et d’Hervé Chérubini

Mesdames, Messieurs,

Plus que jamais, nos communes rurales doivent être défendues face à la future Métropole marseillaise. Celle-ci menace de priver nos territoires de leurs ressources financières et de vider de sa substance le Conseil général qui, depuis des années, œuvre pour vous au quotidien dans des domaines aussi différents que la solidarité, l’éducation, la sécurité des routes, les services d’incendie et de secours, le transport ou l’amélioration de votre cadre de vie.

Pour défendre vos intérêts, vous pouvez nous faire confiance, comme nous font confiance l’immense majorité des élus de notre canton : 12 maires (sur 15 communes), toutes sensibilités politiques confondues, et l’ensemble des conseillers généraux sortants nous apportent leur soutien car notre priorité, c’est vous !
Les prochaines élections départementales des 22 et 29 mars prochains ne se joueront donc pas sur le classique clivage gauche/droite mais bel et bien sur la question « pour ou contre la Métropole ? »

Vous refusez que les budgets du département soient utilisés en quasi-totalité pour soulager la dette marseillaise ?

Faites le choix du bon sens :
« Faire gagner les Bouches-du-Rhône »

Nous comptons sur votre voix. Pas une seule ne doit manquer pour dire « non » à la Métropole marseillaise.

Magali Andréani et Hervé Chérubini

Les candidats

affichedep2015web